• Pourquoi ne monte-t-on plus par l’avant dans le bus ?

    Selon un arrêté paru vendredi au Journal officiel, le conducteur doit être séparé des voyageurs d’au moins un mètre, comme tous les autres usagers entre eux. D’où cette mesure de passer par les autres portes et le premier rang de sièges condamné. Le chauffeur ne peut plus vendre non plus de titres de transport à bord. Bus et autocars sont par ailleurs tenus de procéder « au nettoyage désinfectant de chaque véhicule ou matériel roulant de transport public au moins une fois par jour ».

    Coronavirus: 
    Réponse
  • Pourquoi les transports n’ont-ils pas été suspendus avec le confinement ?

    L’arrêt des transports en commun mettrait un terme à tous les déplacements, notamment ceux des personnels soignants et de tous ceux qui, sans télétravail possible, doivent travailler et n’ont pas de voiture. La baisse se fait progressivement, « pour ne pas sous-dimensionner l’offre », a indiqué le secrétaire d’État chargé des Transports, Jean-Baptiste Djebbari, au micro d’Europe 1. Le trafic devrait être maintenu « autour de 30% pour la SNCF cette semaine », assure M. Djebbari. Et côté aérien, il devrait y avoir « environ 15 à 20 % des vols, essentiellement pour des vols de rapatriement et des outre-mer ».

    Des transports publics ajustés aux travailleurs et complétés par du transport à la demande.

    A partir de demain jeudi 26 mars 2020, afin d’inciter chacun à rester chez soi, l’offre des transports publics sera à nouveau réduite à Nice, Saint-Laurent-du-Var et sur l'ensemble de la Métropole.

    A compter de jeudi 26 mars 2020, un nouveau plan de transport adapté à la situation et complété par du transport à la demande est mis en place. Il tient compte des travailleurs résiduels qui ont besoin de se déplacer, des comptages effectués dans les bus et les rames de tramway, des échanges avec les établissements de santé et les différents employeurs du territoire. Les fréquences retenues découlent donc de la nécessité de conserver entre les passagers un espace de sécurité suffisant à l’intérieur des rames de tramways et des bus afin de respecter les mesures sanitaires.

    • Les lignes 1 et 2 de tramway circuleront de 5h à 23h avec une fréquence d’une rame toutes les 10 minutes
    • Les lignes à effet tram desservant des établissements de santé : 5/6/7/8/9 avec un fonctionnement de 5h à 23h et 5h à 22h pour les 7 et 9 et des fréquences variant entre 15 et 30 minutes selon les heures de la journée et les lignes
    • Les lignes essentielles desservant des établissements de santé : 11/16/18/19 avec un fonctionnement de 6h à 21h et des fréquences variant entre 20 et 60 minutes selon les heures de la journée et les lignes
    • Autres lignes desservant les établissements de santé maintenues : 31/33/35/36/40/61/64/70/71/75/87 avec une amplitude et des fréquences réduites et variables selon les lignes
    • Lignes hors Nice maintenues : 14/15/20/21/22/44/46/48/54/55/59/62/68/69/EXP2/79/82/83/85/86/88/90/91/92/93 avec une amplitude et des fréquences réduites et variables selon les lignes
    • Lignes suspendues : 3/12/17/30/34/37/38/39/41/43/45/47/49/50/51/52/53/56/57/58/60/63/65/66/67/72/73/74/76/77/78/80/84/94/EXP1/EXP3

    Un dispositif spécial de transport à la demande, complémentaire au réseau maintenu, sera proposé à toutes personnes souhaitant se déplacer pour motif de santé (cas n°3 de l’attestation de déplacement dérogatoire), effectuer un déplacement pour assistance aux personnes vulnérables (cas n°4 de l’attestation de déplacement dérogatoire), et se rendre à leur travail s’ils y sont obligés ainsi qu’au personnel soignant (hospitalier et autre).

    Une attestation employeur sera exigée dans ces deux derniers cas. Ce dispositif permettra de réaliser des trajets d’arrêts à arrêts sur les lignes suspendues. Les réservations devront se faire la veille avant 18h et jusqu’à 14 jours avant au numéro suivant : 0800 006 007, entre 7h et 19h45 du lundi au samedi (appels gratuits).

    En parallèle et en collaboration avec le CHU de Nice et les artisans taxis de la Métropole Nice Côte d’Azur, la Régie Lignes d’Azur crée une plateforme de transport à la demande dédiée au personnel hospitalier afin d’assurer leurs déplacements tout au long de la journée. Ce dispositif sera opérationnel en fin de semaine et une communication spécifique sera faite sur le sujet.

    Toutes les informations relatives au fonctionnement de ce réseau de transport public adapté et les horaires des lignes sont à retrouver sur le site : www.lignesdazur.com et au 08 1006 1006.

    Coronavirus: 
    Réponse
  • Emploi : les mesures gouvernementales pour faire face à l'épidémie

    À la suite du vote de la loi d’urgence pour faire face à l'épidémie de Covid-19 créant l’état d’urgence sanitaire, 25 ordonnances ont été adoptées en Conseil des ministres sur la base des habilitations votées par le Parlement.

    S’agissant du soutien essentiel de l’emploi : Les ordonnances présentées par la ministre du travail permettent, dans le plein respect des droits français et européens et en dialogue avec les partenaires sociaux, de nous adapter face aux conséquences économiques et sociales qu’aura la crise sanitaire. L’objectif est de maintenir l’emploi à tout prix. Pour cela, les textes et les mesures prises permettent de :

     Protéger les entreprises et éviter les licenciements :
    - Prise en charge intégrale pour les employeurs de l’activité partielle ;
    - Délai de 30 jours avec effet rétroactif accordé aux entreprises pour leur dépôt de demande de chômage partiel avec acceptation tacite en l’absence de réponse au bout de 48h pour leur permettre de passer le cap le plus dur de la crise ;
    -  Dérogation temporaire possible aux règles relatives à la durée du travail dans certains secteurs essentiels dans la guerre contre le coronavirus ;
    - Souplesse temporaire sur les congés payés et les RTT.

     Protéger les salariés et conserver leur emploi :
    - Indemnisation des salariés en chômage partiel, égale à 84% des salaires nets ;
    - Indemnisation égale à 100% de leur salaire pour les salariés dont la rémunération mensuelle est égale ou inférieure au SMIC mensuel ;
    - Prise en charge totale (0 charge pour les entreprises) des indemnisations versées aux salariés par les entreprises dans la limite de 4,5 fois le Smic ;
    - Mécanisme du chômage partiel étendu à des salariés qui n’en bénéficiaient pas encore (ex : employés à domicile, assistantes maternelles ; saisonniers, salariés de droit privé dans les entreprises publiques ; saisonniers…) ;
    - Système exceptionnel d’indemnité journalière pour les parents devant garder leur enfant sans délai de carence ni condition d’ancienneté (rémunération au moins équivalente à 90% de leur salaire net une fois pris en compte le complément employeur qui sera systématiquement applicable).

     Protéger le niveau de vie des plus vulnérables :
    - Préservation des droits des demandeurs d’emploi en fin de droits le temps de l’état d’urgence ;
    - Prolongation de l’éligibilité aux minimas sociaux (RSA, complémentaire santé solidaire, AAH, allocation d’éducation de l’enfant handicapé) pendant la période de crise sans réexamen de condition

    Coronavirus: 
    Fil Info
  • Information concernant les dépôt sauvages et déchets verts

    Face à l’augmentation des dépôts sauvages de déchets verts au sein des communes de la Métropole Nice Côte d’Azur, il est demandé à chaque usager de conserver ses déchets verts jusqu’à la fin de la période de confinement et de ne pas les déposer ni dans les bacs à ordures ménagères, ni sur les trottoirs, ni dans les points d’apports volontaires verre/papier/emballage.

    En période où les déchetteries métropolitaines sont fermées, chacun pourra contribuer aux bonnes relations avec ses voisins en s’abstenant d’effectuer tout brulage de résidus de taille ou de tonte. Pas uniquement parce que cette pratique est punie de 450€ d’amende mais aussi et surtout pour permettre aux plus fragiles de ne pas voir leur système respiratoire affaibli par les fumées, leur permettra d’être mieux armés s’ils devaient être confrontés au virus.

    Plus que jamais en ce temps de crise sanitaire, la Métropole Nice Côte d’Azur en appelle au sens civique de chacun afin de ne pas déposer leurs déchets verts dans les rues et d’éviter ainsi de mobiliser des équipages sur des missions liées aux dépôts sauvages.

    Pour rappel, le dépôt sauvage est passible d’une amende allant de 68€ à 1500€ conformément aux articles R632-1, R644-2 et R635-8 du Code Pénal.

    Coronavirus: 
    Fil Info
  • Métropole : Un nouveau dispositif de consultations médicales à distance

    COVID-19

    Depuis aujourd'hui dans la Métropole Nice Côte d’Azur, un nouveau dispositif de consultations médicales à distance

    Nice téléconsultation

    Avec la crise sanitaire sans précédent liée au Covid-19, les médecins et les urgences ont besoin d’appuis afin de pouvoir prendre en charge plus de patients et ce, dans les meilleures conditions possibles.

    Plus que jamais, nous devons répondre aux besoins médicaux dans les zones blanches (sans médecin de proximité) et avoir une attention toute particulière pour les personnes fragiles : seniors, précaires, citoyens isolés, handicapés …

    La téléconsultation est une barrière pour diminuer l’exposition virale de nos médecins tout en poursuivant un suivi des patients.

    C’est pourquoi dès le vendredi 27 mars, la ville de Nice, la Métropole Nice Côte d’Azur, SOS Médecin, MG-NMU avec le soutien de l’ARS, la CPAM et le Conseil de l’Ordre des Médecins ont mis en place un dispositif de téléconsultation à Nice et dans les villes de la Métropole Nice Côte d’Azur.

    Nice téléconsultation a été concertée avec les associations qui œuvrent auprès des publics en situation de précarité et/ou isolés : mise à disposition d’un outil numérique pour permettre cette téléconsultation dans leurs structures.

    De même avec les établissements de précarité du CCAS ou les établissements accueillant des seniors :  Accueil de jour, accueil de nuit, pensions de famille, EHPAD, Service Polyvalent d’Aide et de Soins à Domicile (SPASAD) ou Service d’aide et d’Accompagnement à Domicile (SAAD).

    Nice téléconsultation est bien sûr ouvert à tous les réseaux d’accompagnements de santé ou sociaux des seniors et des personnes en situation de handicap.

    Ce dispositif de téléconsultation permet :

    • Un renfort des médecins généralistes,
    • Un soulagement du 15 afin de libérer des lignes pour les cas sérieux et graves,
    • Une réponse à des patients malgré la surcharge de travail pour les médecins et associations qui travaillent par exemple avec des publics précaires,
    • Un médecin pour tous les citoyens, même dans les zones blanches.

     Le fonctionnement :

    La règle reste que le patient cherche à joindre directement son médecin traitant en priorité pour ne pas surcharger le service. Mais si un patient ne peut joindre son médecin de famille, cette plateforme de téléconsultation est ouverte de 8 heures à 22 heures.

    Le patient doit joindre le numéro 04 97 13 40 80, standard médical mis en place et dédié avec des professionnels de santé, ou le courriel niceteleconsultation@nicecotedazur.org.

    Il doit donner précisément son nom, prénom, adresse, courriel, numéro de téléphone et le motif de son appel.

    Il doit ensuite télécharger une application de visioconférence type Duo/WhatsApp/ Facetime et photographier son attestation de sécurité sociale.

    Un médecin rappel ensuite le patient en téléconsultation et envoie les ordonnances par courriel.

    Les médecins sont installés dans la mairie de Nice afin d’effectuer leurs téléconsultations. Celles-ci sont prises en charge selon les modalités de remboursement de la Sécurité Sociale et respectent les règles de confidentialité et le secret médical.

    Pour toute urgence médicale type détresse respiratoire joindre le 15.

    Pour toutes autres questions liées au Covid-19, contacter la plateforme d’appel de la Ville de Nice : 04 97 13 56 00, joignable 7 jours sur 7, de 9 heures à 19 heures.

    Tout médecin généraliste ou spécialiste qui souhaite participer à ce dispositif de téléconsultation peut prendre attache auprès du numéro dédié 04 97 13 40 80 ou par courriel niceteleconsultation@nicecotedazur.org.

    Coronavirus: 
    Fil Info
  • Rappels des mesures prises par le gouvernement en faveur des entreprises et emploi

    À la suite du vote de la loi d’urgence pour faire face à l'épimie de Covid-19 créant l’état durgence sanitaire, 25 ordonnances ont été adoptées en Conseil des ministres sur la base des habilitations votées par le Parlement.

    S’agissant du soutien aux entreprises : Les ordonnances comportent des mesures de solidarité exceptionnelle pour maintenir à flot les petites entreprises les plus vulnérables.

    Il s’agit de soutenir leur trésorerie afin déviter des faillites et des licenciements.

    ·     Ce soutien massif passe par la création du Fonds de solidarité doté d’un milliard d’euros par mois, dont 250 millions d’euros en provenance des régions et 200 millions du secteur des assurances. Il s’adresse aux très petites entreprises, aux microentreprises et aux indépendants les plus touchés par l’épidémie.

    ·     Concrètement, les entreprises dont le chiffre daffaires a diminué de 70% ou plus entre mars 2019 et mars 2020 toucheront une aide de 1 500 euros versée le 4 ou 5 avril 2020. Une aide supplémentaire de 2 000 euros pourra être remise au cas par cas en lien avec les régions aux entreprises qui en ont besoin.

    ·     Soutenir la trésorerie des entreprises passe aussi par le report du paiement des loyers, des factures d’eau, de gaz et d’électricité.

    ·     Ce soutien massif se fonde aussi sur le dispositif exceptionnel que nous mettons en place en matière de garantie des prêts à venir des entreprises : 300 milliards d’euros de garantie bancaire.

     

    S’agissant du soutien essentiel de l’emploi : Les ordonnances présentées par la ministre du travail permettent, dans le plein respect des droits français et européens et en dialogue avec les partenaires sociaux, de nous adapter face aux conséquences économiques et sociales qu’aura la crise sanitaire. L’objectif est de maintenir l’emploi à tout prix. Pour cela, les textes et les mesures prises permettent de :

    ·      Protéger les entreprises et éviter les licenciements :

    o Prise en charge intégrale pour les employeurs de l’activité partielle ;

    o lai de 30 jours avec effet rétroactif accordé aux entreprises pour leur dépôt de demande de chômage partiel avec acceptation tacite en l’absence de réponse au bout de 48h pour leur permettre de passer le cap le plus dur de la crise ;

    o rogation temporaire possible aux gles relatives à la durée du travail dans certains secteurs essentiels dans la guerre contre le coronavirus ;

    o Souplesse temporaire sur les congés payés et les RTT.

    ·      Protéger les salariés et conserver leur emploi :

    o Indemnisation des salariés en chômage partiel, égale à 84% des salaires nets ;

    o Indemnisation égale à 100% de leur salaire pour les salariés dont la rémunération mensuelle est égale ou inférieure au SMIC mensuel ;

    o Prise en charge totale (0 charge pour les entreprises) des indemnisations versées aux salariés par les entreprises dans la limite de 4,5 fois le Smic ;

    o Mécanisme du cmage partiel étendu à des salariés qui nen bénéficiaient pas encore (ex : employés à domicile, assistantes maternelles ; saisonniers, salariés de droit privé dans les entreprises publiques ; saisonniers…) ;

    o Système exceptionnel d’indemnité journalière pour les parents devant garder leur enfant sans délai de carence ni condition d’ancienneté (rémunération au moins équivalente à 90% de leur salaire net une fois pris en compte le complément employeur qui sera systématiquement applicable).

     

    ·     Protéger le niveau de vie des plus vulrables :

    o Préservation des droits des demandeurs demploi en fin de droits le temps de l’état d’urgence ;

    o Prolongation de l’éligibilité aux minimas sociaux (RSA, complémentaire santé solidaire, AAH, allocation d’éducation de l’enfant handicapé) pendant la période de crise sans réexamen de condition.

    Coronavirus: 
    Fil Info
  • Mesures d’accueil des enfants de personnels soignants du personnel médical et para médical libéral

    La Ville de Saint-Laurent-du-Var en collaboration avec l'Education Nationale a mis en place un pôle d’accueil des enfants depuis le début de la crise sanitaire du coronavirus

    Le dispositif qui concerne les enfants du personnel soignant
     
    Pour compléter ce dispositif d’aide, la Ville assure la livraison des repas chauds. Du matériel sanitaire est également mis à disposition : solution hydro alcoolique, masques, lingettes et gants. Le protocole de nettoyage,  est également effectué par la Ville.
     
    Pour l’heure trois écoles élémentaires ont donc été ouvertes, du lundi au vendredi, à Ravet, Cassin et Michelis ainsi que la crèche des Lutins. Les équipes sont composées d'agents communaux (Atsem agents de restauration ainsi que des animateurs et animatrices de centres de loisirs, animatrices BCD, agents d'entretien), d’enseignants, puéricultrices...
     
    Le maire de Saint-Laurent-du-Var, Joseph Segura et son adjointe à l'Education, Françoise Benne tienentt à remercier chaleureusement le personnel qui s’est porté volontaire pour assurer cette mission de solidarité envers les soignants.
    Coronavirus: 
    Fil Info
  • Lancement de la plateforme jeveuxaider.gouv.fr – Réserve civique COVID-19

    Pour faire face, collectivement, à la crise sanitaire du COVID-19, le président de la République a appelé les Français à « inventer de nouvelles solidarités ». Chaque soir, à 20h, en applaudissant à leurs fenêtres, les Françaises et les Français témoignent leur reconnaissance aux soignants qui s’engagent sans compter face à l’épidémie. Pour que chacun puisse prendre sa part de cette mobilisation générale des solidarités, le Gouvernement lance la Réserve civique-Covid 19 jeveuxaider.gouv.fr. Afin de permettre à tous ceux qui le peuvent et qui le souhaitent de s’engager et de donner de leur temps, pour que les plus démunis et les plus vulnérables ne soient pas les premières victimes de cette crise.

    Une urgence : limiter l’impact social de la crise sanitaire
    Avec la crise sanitaire et le confinement, les associations, qui reposent en temps normal sur une ressource bénévole bien souvent âgée, peinent à poursuivre leur activité. Toutes souffrent d’une pénurie de forces vives, car un tiers – voire la moitié – de leurs bénévoles sont âgés de plus de 70 ans, donc confinés. Plusieurs points de distribution pour les plus démunis ont déjà dû fermer leurs portes ces derniers jours faute de bénévoles.
    Le confinement fait, par ailleurs, peser un risque sur les personnes fragiles isolées (âgés, en situation de handicap, malades chroniques,...). Si nos forces sont concentrées sur le front de la lutte sanitaire, notre réponse sociale ne peut être reléguée au second plan.

    La mobilisation générale des solidarités face au Covid19
    C’est pour garantir la continuité des activités vitales pour les plus précaires que cette plateforme a été construite, en lien avec les plus grands réseaux associatifs et les plateformes associatives déjà existantes.
    Elle permet aux structures (associations, CCAS, MDPH, collectivités, opérateurs publics, etc.) de faire état de leurs besoins de renforts autour de 4 missions vitales :

    1. aide alimentaire et d’urgence ;
    2. garde exceptionnelle d’enfants de soignants ou d’une structure de l’Aide Sociale à l’Enfance ;
    3. lien (téléphonique, visio, mail, etc.) avec les personnes fragiles isolées : personnes âgées, malades
    ou en situation de handicap ;
    4. solidarité de proximité : courses de produits essentiels pour les voisins (fragiles, isolés, handicapés).

    La centralisation de ces missions essentielles sur le site jeveuxaider.gouv.fr garantit leur visibilité, et donc le fait qu’aucun territoire ne soit oublié. Le caractère exceptionnel de la crise sanitaire que traverse notre pays appelle un engagement exceptionnel de chacun d’entre nous. Depuis toujours au cœur des liens indéfectibles entre les citoyens, entre les générations, entre les territoires, les associations et les structures qui assurent leur soutien aux plus démunis priorisent aujourd’hui leurs actions pour que les impacts directs et indirects de la lutte contre le Coronavirus ne laissent personne dans le besoin.

    Les 4 missions précitées seront réalisées dans le respect absolu des règles de sécurité sanitaire, définies en lien avec le ministère de la Santé. Ainsi, les associations organiseront leurs actions de façon à garantir scrupuleusement les distances de sécurité (au moins 1 mètre entre chaque personne, bénévoles comme bénéficiaires) et feront respecter les règles de sécurité sanitaire (gestes barrières, lavage de mains très réguliers, etc). En outre, il est formellement interdit aux personnes de plus de 70 ans ainsi qu’aux personnes atteintes d’une maladie chronique de s’engager dans une mission dès lors que celle-ci nécessite une rupture du confinement. Néanmoins, elles peuvent s’engager pour les missions réalisées à distance (lien avec les personnes isolées par téléphone, par exemple). Chacun peut s’engager pour que personne ne soit oublié.

    Fichier attachéTaille
    Image icon reserve_civique_2.jpg608.44 Ko
    Coronavirus: 
    Fil Info
  • Coronavirus : les nouvelles mesures en vigueur

    De nouvelles mesures destinées à lutter contre la propagation du coronavirus sont entrées en vigueur mardi en France. Voici les principales:

    - Urgence sanitaire et sanctions -

    Un « état d'urgence sanitaire » entre en vigueur pour une durée initiale de deux mois.

    Une loi publiée mardi au Journal officiel permet au gouvernement de restreindre ou d'interdire la circulation, d'adopter des mesures de confinement ou de quarantaine, de limiter les rassemblements, d'ordonner la fermeture provisoire d'établissements et d'entreprises, de contrôler les prix de certains produits et de réquisitionner les personnes, biens et services nécessaires pour lutter contre la pandémie.

    Ces mesures sont assorties de sanctions sévères: amende de 135 euros en cas de non-respect des règles de confinement, portée à 1.500 euros en cas de récidive «dans les 15 jours». Dans le cas de «quatre violations dans les trente jours», la peine est portée à « 3.700 euros d'amende et six mois de prison au maximum ».

    - Déplacements -

    En vertu d'un décret publié également mardi, tout déplacement de personne hors de son domicile est interdit.

    Des exceptions sont prévues pour:

    - les trajets domicile-travail et déplacements professionnels ne pouvant être différés

    - les déplacements pour effectuer les achats de première nécessité ou nécessaires à l'activité professionnelle

    - les déplacements pour motifs de santé qui ne peuvent être différés

    - les déplacements pour motif familial impérieux, pour l'assistance aux personnes vulnérables et pour la garde d'enfants

    - l'exercice d'une activité physique individuelle, dans la limite d'une heure par jour et dans un rayon maximal d'un kilomètre autour du domicile

    - les promenades entre personnes vivant au même domicile ou pour les besoins des animaux de compagnie, également limitées à une heure par jour et dans un rayon d'un kilomètre

    - les déplacements pour répondre à une convocation de la police, de la gendarmerie, de la justice, ou pour participer à des «missions d'intérêt général» à la demande de l'administration.

    Quiconque prétend bénéficier d'une de ces exemptions doit se munir d'une attestation.

    - Transports et livraisons -

    - Dans les autobus comportant plusieurs portes, les voyageurs ne peuvent monter par la porte avant. La vente de billets à bord est suspendue.

    - Des règles d'hygiène et de «distanciation sociale» strictes sont fixées pour les transports de marchandises. Les livraisons sont également encadrées: pas de contact entre les personnes, pas de signature d'accusé de réception, les colis doivent être laissés devant la porte du destinataire, etc.

    - Jusqu'au 15 avril, sont interdits les voyages en avion entre la métropole et La Réunion, Mayotte, les Antilles et la Guyane, sauf dérogations.

    - Jusqu'au 15 avril, les navires de croisière et les navires transportant plus de 100 passagers ne peuvent plus faire escale dans les ports français, sauf dérogations.

    - Marchés -

    « La tenue des marchés, couverts ou non et quel qu'en soit l'objet, est interdite », précise le décret.

    Les préfets peuvent toutefois autoriser certains marchés alimentaires répondant « à un besoin d'approvisionnement de la population » s'ils accueillent moins de 100 personnes simultanément.

    - Cultes -

    Les lieux de culte peuvent rester ouverts mais tout rassemblement en leur sein est interdit, à l'exception des cérémonies funéraires dans la limite de 20 personnes.

    - Masques et gels -

    Le décret limite les prix des gels hydro-alcooliques et réquisitionne les masques de protection respiratoire détenus par «toute personne morale», pour en garantir l'accès prioritaire aux professionnels de santé.

    Un arrêté précise que des masques issus du stock national peuvent être distribués gratuitement aux professionnels de santé et aux personnes intervenant auprès de personnes âgées ou handicapées.

    Coronavirus: 
    Fil Info
  • Distribution de masques pour les professionnels de santé, les agents et les commerçants

    La Mairie de Saint-Laurent-du-Var équipe tous les agents en contact direct ou potentiel avec le public de masques médicaux. Ce sont l'ensemble des agents de la police municipale, du CCAS, en mairie mais également de la subdivision de la Métropole qui ont été téquipés de masques de protection.

    Après avoir pris des mesures de confinement inédites pour une très large majorité d'agents municipaux Joseph Segura, maire de Saint-Laurent-du-Var a rendu obligatoire le port de masques de protection pour l’ensemble du personnel communal laurentin et métropolitain, en contact potentiel avec le public et dont le télétravail n’est pas possible, ceci afin de garantir une protection optimale des personnels et de la population face au Covid-19.

    Cette mesure a été rendue possible grâce aux stocks de masques constitués en anticipation par la Mairie de Saint-Laurent-du-Var dans le cadre de sa politique de prévention des risques. Et évidemment, les professionnels de santé - médecins, infirmiers libéraux - via les officines vont en être pourvus ainsi que les commerces alimentaires de proximité restés ouverts.

    Coronavirus: 
    Fil Info

Pages

Top